Comment se déroule le prélèvement libératoire d’une assurance vie ?

L’assurance vie est un contrat qui va permettre à ses souscripteurs d’épargner pour leur retraite et de leur permettre d’avoir un meilleur pouvoir d’achat avec d’autres avantages. C’est l’un des contrats auxquels nombreuses sont les personnes qui vont y souscrire. Une assurance vie peut également être rachetée pour bénéficier des gains avant la fin du contrat. Dans ce cas-là, il est important de déclarer ses gains aux impôts, car ils sont imposables. C’est à ce moment qu’il est généralement question d’un prélèvement forfaitaire libératoire de l’assurance vie. Si vous ne comprenez toujours pas en quoi cela consiste, vous n’avez qu’à lire cet article.

Le prélèvement forfaitaire libératoire des assurances vie

Le terme prélèvement forfaitaire libératoire est souvent utilisé dans le domaine des assurances vie. Pour comprendre ce que ce terme veut réellement dire, il est impératif de le diviser en deux et de définir chaque partie de ce terme. Un prélèvement forfaitaire est un prélèvement qui se fait sous forme de forfait ou d’un taux qui sera appliqué sur un revenu et qui sera également indépendant du revenu en lui-même, autrement dit, c’est comme s’il viendra se rajouter par addition. Le terme est également composé d’une seconde partie qui est le libérable. Ce terme désigne que le contribuable va permettre d’être libéré du paiement du montant du revenu pour cette partie, autrement dit, l’impôt sur les revenus ne désigne pas cette partie de revenu.

Dans le cadre d’une assurance vie, il est possible d’opter pour un PFL pour l’imposition des gains d’une assurance vie. Cependant, il existe des délais pour formuler et opter pour cette action, il faut que cela se fasse lors de l’inscription des produits imposable. En ce qui concerne le taux d’imposition du prélèvement forfaitaire libératoire, il dépendra principalement de la durée de l’assurance vie. On retrouve différents taux de prélèvements :

  • Un taux de 35 % si le rachat se fait avant 4 ans.
  • Un taux de 15 % si le rachat se fait entre 4 et 8 ans.
  • Un taux de 7,5 % si le rachat se fait après les 8 ans.

Comment fonctionne un prélèvement forfaitaire libératoire ?

Une assurance vie est l’offre des offres proposées dans le cadre d’une épargne pour que les personnes qui en bénéficient puissent bénéficier des cotisations qu’elles devront faire pour susciter un capital et/ou des rentes. Le but de cette offre est une amélioration du pouvoir d’achat et donc des revenus, lorsqu’il est question d’être à la retraite. De cette manière, les personnes, une fois à la retraite, pourront profiter d’un meilleur pouvoir d’achat, mais aussi de cotiser pour mettre en place un projet si cela fait partie de leurs souhaits. Cela peut également être un bon moyen d’économiser dans le but de protéger ses proches financièrement parlant.

L’assurance vie détiendra un certain capital qui peut être racheté par la suite si besoin. Lorsqu’on parle de rachat, on veut dire que le souscripteur peut désormais détenir le montant du capital de l’assurance avant les délais prévus par le contrat d’assurance. Dans ce cas de figure, le rachat peut être effectué sur la somme totale du capital ou au contraire, sur une partie seulement. Il est tout à fait logique qu’à la suite d’un rachat total, le contrat sera clôturé.

Toujours dans une situation de rachat d’une assurance vie, on retient uniquement les intérêts qui pourront être par la suite imposables. En temps normal, s’il n’y a aucun rachat effectué, les gains de l’assurance vie seront complètement exonérés d’impôts.

Comment déclarer le prélèvement forfaitaire libératoire d’une assurance vie ?

Dans le cas où un rachat d’assurance vie se fait, il est important de choisir une des options proposées. La plus commune est le prélèvement forfaitaire libératoire sur l’assurance vie, dans ce cas, il est impératif, et même judicieux, d’opter pour une imposition à impôts sur le revenu. Il est important de déclarer les gains perçus sur la déclaration des revenus principaux. Cependant, il faut savoir que l’imposition diffère d’un contrat à un autre, selon son âge.

Dans le cas d’une assurance vie de moins de 8 ans, les gains doivent être déclarés comme étant des revenus qui n’ouvrent pas droit à un abattement. Au contraire, quand l’assurance vie qui a au minimum 8 ans et voire plus, c’est le contraire, et donc, les revenus et les gains peuvent être déclarés comme des revenus qui ouvrent droit à un abattement.

Share